6 août 2017

10 Produits de beauté que je n'achète plus

La salle de bains et les produits cosmétiques sont ceux qui ont subi le plus grand changement depuis ma transition vers le naturel, bio et minimaliste. L'Automne dernier je vous avais confié mon cheminement vers une salle de bains minimaliste et (presque) zéro déchet, aujourd'hui je vais vous parler des produits cosmétiques dont je me passe à présent et que je n'achète plus. C'est une petite liste non exhaustive, ponctuée de quelques informations et qui évoluera peut-être légèrement avec le temps, mais de manière générale vous pourrez voir que j'utilise un produit pour plusieurs usages.


Le moment où je suis devenue végane correspond avec la période où j'ai commencé à m'intéresser aux produits naturels et donc à la composition de mes cosmétiques. Les gels douche et shampoings semblent être ceux que l'on regarde en premier et dont la composition est assez affolante. En effet ces produits entrent dans la catégorie détergent (quel joli mot, vous ne trouvez pas ?) et contiennent des substances nocives et agressives. Phtalates, paraben, bisphénol A, parfums de synthèse, alcool... pour les plus connus, ainsi que de nombreuses substances chimiques. 

Le résultat n'est pas joli, la peau est agressée et dénaturée, ce sont de plus des produits contenant des perturbateurs endocriniens et cancérigènes, sans oublier l'impact énorme que cela a sur la planète. Car au final ces produits chimiques là se retrouvent bel et bien dans la nature ! Imaginez ainsi les conséquences que ça a sur l'environnement ! Même les gels douche dit 'naturel' sont coupables, le 'green washing' a pourtant son effet sur certains publics, d'ailleurs concernant ce sujet je vous renvoie à l'excellent article de Julien de Slow-Cosmétique (click).

Donc, pour parer au désastre sanitaire et écologique je me suis tournée vers les savons solides. Rien à voir avec les savons de grand-mère qui ont souvent d'étranges couleurs, sentent bizarrement et donnent une peau de crocodile (j'exagère un peu je sais). Mon choix s'est tournée vers les savons surgras pour la peau et les shampoings solides doux, c'est à dire des produits à base d'huile végétale bio pressée à froid, sans tensioactifs ou alors très très doux et fabriqués à la main. 
Je viens de terminer mon savon doux au lait d'avoine de La Savonnerie de Beaulieu et j'ai maintenant entamé un bloc de savon de la Savonnerie du Nouveau Monde. Quant au shampoing j'ai également terminé le shampoing solide de chez Lamazuna et je suis passée au savon au karité de la Savonnerie de Beaulieu. Tout en sachant que je ne fais de shampoing qu'une fois par semaine environ, mais ma routine cheveux sera peut-être l'occasion d'un autre article.


Tout comme les shampoings, les masques traditionnels et même certains bio contiennent également des substances nocives pour notre santé et l'environnement, sans parler des emballages. A-t'on réellement besoin de mettre des produits dont on ne peut même pas prononcer les composants sur nos cheveux ? Les meilleurs soins pour nos cheveux sont naturels, plus vous aurez une routine naturelle plus vos cheveux seront beaux et moins fréquemment seront les soins.  

Les masques sont très simples à faire maison, soit avec des poudres ayurvédiques comme de nombreuses poudres indiennes ou du henné neutre, mais également avec des ingrédients que vous avez chez vous. Tel l'huile d'olive (si si !), l'huile de coco, le yaourt ou encore à base d'infusions de plantes ou d'aloe vera. Je partagerai bientôt avec vous quelques recettes maison simple, rapide et écologique.



Les gommages du commerce ont de lourdes conséquences sur l'environnement car les petites billes exfoliantes qui les composent sont majoritairement composées de plastique ou de dérivés. Le composant principal est le plastique PCB que l'on retrouve également dans la javel. Je pense que vous non plus ça ne vous enchante pas, que dire donc des lacs ou des mers où se déversent ces petites billes une fois que l'on rince le gommage ? Ces microbilles synthétiques sont trop fines pour être filtrées par les stations d'épuration et se déversent ainsi dans les cours d'eau, lacs, mers et océans, perturbant et polluant ainsi l'écosystème, tuant chaque année des milliers de poissons et autres animaux marins. (D'autant plus qu'il y a déjà de nombreux autres détritus plastiques dans les eaux.)

Tout comme les masques il est aisé de réaliser des gommages maison à moindre coût et zéro déchet ! Le secret se trouve dans votre cuisine : sucre roux, marc de café ou bicarbonate sont parfaits pour exfolier la peau. Mélangés avec un peu d'huile d'olive bio vous aurez une peau toute douce !
Autrement les brosses en bois et poils naturels végétal, comme celle-ci, sont efficaces pour exfolier la peau du corps tout en activant le flux sanguin, de même les pierres ponces sont idéales pour les pieds et sont durables !

Le principe des différentes crèmes pour le corps, le visage, les pieds, les zones sensibles ; pour le matin, le soir, l'été, l'hiver et je ne sais encore, est un réel principe marketing créant le besoin où il n'y en a pas. La peau du visage reste plus sensible que la peau de notre corps mais a-t'on réellement besoin de différents tubes de crèmes ? La réponse est non vous vous en doutez, et je peux même vous dire que vous n'avez pas besoin de crèmes du tout ! De sacrées économies sont à la clef, de l'espace et surtout votre peau à la planète vous dirons merci.

Alors concrètement comment ne plus acheter de crèmes ? Vous pouvez les créer vous-même si le coeur vous en dit, c'était ma première option que j'ai en fait rapidement abandonnée quand j'ai su que je pouvais faire plus simple. Afin de remplacer les crèmes j'utilise tout simplement de l'huile végétale, principalement huile d'olive ou de coco, mais aussi huile de noisettes pour le visage. Si je souhaite davantage hydrater ma peau j’émulsionne de l'aloe vera avec de l'huile végétale avant de l'appliquer sur ma peau, c'est magique !
N'oubliez pas, l'alimentation joue un rôle majeur sur notre peau, si vous adopter une alimentation végétale et variée en mangeant et buvant suffisamment votre peau sera belle et souple.

Les démaquillants sont souvent bardés de produits nocifs comme la majorité des cosmétiques conventionnels vous l'aurez compris. L'apparition des eaux micellaires adoucit le problème mais celui-ci est toujours présent. On peut faire plus simple, plus économique et plus écologique pour se démaquiller ou se nettoyer la peau.
Vous pouvez utiliser un savon surgras pour bien nettoyer les pores et apporter de la fraîcheur ou utiliser de l'eau florale qui donnera un soin à votre peau selon l'eau que vous choisirez. Chaque eau florale a ses particularités. Pour trouver parmi les eaux florales les plus connues laquelle vous conviendra je vous invite à aller lire l'article d'Anne-Marie Gabelica sur Féminin Bio. J'utilise de l'eau florale de camomille, notamment le matin, pour ses propriétés apaisantes pour les peaux sensibles et irrités.
On peut également se démaquiller à l'huile, ici aussi choisissez une huile adaptée à votre peau, sinon l'huile d'olive (encore et toujours !) car elle convient à tous grâce à son pH proche de celui de notre peau. L'avantage du démaquillage à l'huile est que la peau est nourrit par la même occasion et qu'il suffit d'un simple massage ensuite, pas besoin de nettoyer davantage (sinon on la sollicite trop).



Les cotons, que ce soit les cotons démaquillants ou les cotons tiges, sont des produits jetables non recyclables donc forcément néfastes pour l'environnement ; mais derrière les petits cotons tout doux et agréables à utiliser se cache un désastre écologique (oui, encore...). L'industrie du coton est l'une des plus grandes à l'échelle mondiale entre les cotons jetables et le coton textile, la matière première est la même : la plante coton. Cette plante nécessite des ressources en eau immenses, asséchant les cours d'eau dans de nombreux pays, les privant donc d'une ressource vitale. De plus le coton est une plante très aspergées en pesticides et fongicides, ce qui n'est ni bon pour l'environnement ni pour notre peau ; d'où les cotons bio. Voici d'ailleurs un article intéressant sur la question (click).

Bref, le bio est toujours mieux mais les cotons jetables forment toujours des déchets ainsi qu'une dépense continuelle, alors pourquoi ne pas passer aux cotons réutilisables ? Il suffit de les laver en machine ou à la main. Vous avez le choix de les acheter, comme pour les cotons Tendance d'Emma, c'est un investissement vite rentable si vous faites le calcul ; ou vous pouvez les fabriquer vous-même avec du tissus que vous avez à la maison ou en recyclant des vieux vêtements, c'est l'option que j'ai choisi. 
Concernant les cotons tiges la seule alternative est l'oriculi, en métal ou en bois comme celui que j'ai de chez Lamazuna. C'est pratique, plus sécurisant et économique !
Vous avez sûrement entendu certains résultats d'études sur les déodorants et leur nocivité : cancérigène, perturbateur endocrinien, brûlures, problèmes épidermiques....etc. La liste est rapidement longue, que ce soit pour les déodorants à pression ou à bille, car il n'y a pas que les sels d'aluminium dans ces produits. La transpiration est naturelle, elle entre dans le fonctionnement du corps humain, elle permet de réguler la température de notre corps et d'éliminer les toxines. Donc c'est contre-nature que de vouloir bloquer à tout prix la transpiration de s'échapper de notre corps (You shall not pass!). Les odeurs corporelles reflètent elles notre mode de vie.

Cela dit, nous n'avons sûrement pas besoin de déodorant, non ? Je vous avoue même que j'oublie souvent d'en mettre ! (no shame) En guise de déodorant j'utilise tout simplement de l'huile de coco ou de la pierre d'alun naturelle (de moins en moins souvent). Certains optent pour le bicarbonate de soude qui capte très bien les odeurs et régule le pH de notre peau. Economique et simple, non ?
Les brosses à dents jetables constituent un sacré budget ! Rares sont celles à moins de 2€, de plus on veut nous vendre celle qui brossera le mieux et enlèvera les résidus de nourriture entre nos dents.... Voici encore un concept marketing pour créer le besoin car nous avons en réalité besoin que d'une  brosse à dent simple, sans caoutchouc suspect entre les poils ni aérodynamisme de course. 

Plutôt que de jeter une brosse à dents en plastique tous les trois mois puis d'en acheter, puis de jeter.... On peut opter pour une brosse à dents en bois qui ne se jette pas mais se composte, comme celles de chez Bamboo que j'adore, ou opter pour une brosses à dents en plastique sans BPA ni phtalates à tête interchangeable facilement trouvable en magasins bio, ou une brosse à dents électriques à tête interchangeable (pour cette dernière je ne sais pas s'il existe des têtes écologiques).

Fond de teint naturel maison avec 3 ingrédients

Cela fait plusieurs années que je n'achète plus de vernis à ongles car ce n'est tout d'abord pas un produit de première nécessité, c'est très nocif (même s'il existe de très bons vernis naturels maintenant), et ce n'est pas pratique. Je ne suis sûrement pas la seule personne qui a galéré à faire sécher le vernis et a le malheur de se cogner en ruinant le vernis à peine posé ou qui fait la vaisselle, ôtant ainsi la couleur du bout des doigts. Bref, je m'en passe très bien ! Plus d'économies et d'espace.


Tout comme le vernis le maquillage n'est pas indispensable, contrairement à ce que la société de consommation tente souvent de nous faire croire. Il existe de superbes marques de maquillage naturelle et écologique cela dit, mais depuis que j'ai fait mon grand tri de salle de bains je n'ai gardé que deux trois crayons et mon mascara Lavera.

Je ne me maquille quasiment plus, juste quand l'envie me prend ou que je sors (et encore). Je n'ai plus de fond de teint et je le fais moi-même et je l'applique que lorsque je me maquille uniquement, soit rarement. Lorsque j'aurais terminé mes crayons je ne pense pas en racheter, et concernant le mascara je garderai le tube et je vais tenter de le fabriquer moi-même, à suivre donc !


******


J'espère que cette petite liste mêlant à la fois quelques informations sur les produits du quotidien et ma solution pour s'en passer ou les remplacer vous a plu ! Je suis toujours en transition concernant quelques produits, notamment les mouchoirs que je compte bientôt fabriquer avec des vieux vêtements.

Et vous, quelles sont vos astuces pour vous passer des produits de beauté conventionnels ?




* Retrouvez la liste des cosmétiques ayant des perturbateurs endocriniens sur le site de UFC Que Choisir. *

Noisettes :

  1. Je supprime petit à petit tous mes produits et pour beaucoup j'ai adopté les mêmes choix que toi depuis un moment, notamment les lingettes lavable, le savon et shampoing solide, l'eau de camomille ou l'huile démaquillante... La ou j’ai plus de mal c'est pour le déo car je transpire beaucoup et franchement au bout d'un moment, sans déo, je pue :D Il n'y a que le déo pour homme qui me convient c'est pour dire! je teste régulièrement des déos maison mais pour l'instant c'est un échec :( je vais quand même tester le bicarbonate rapidement il parait que c'es top!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !
      Je suis contente de savoir que toi aussi tu as pris ce chemin !
      As-tu essayé l'huile de coco additionnée d'huile essentielle ? Eventuellement avec du bicarbonate oui.
      Tu me diras ce qu'il en est ! C'est toujours bon d'avoir des avis différents.
      Bonne soirée,
      Camille

      Supprimer
  2. J'ai supprimé déjà beaucoup de choses ! Plus de crèmes (huile), plus de démaquillant (huile), plus de shampooing sauf vacances (poudres ayurvédiques), plus de lotion (eau florale). Pour le maquillage, j'aime trop ça pour m'en passer mais j'essaie de trouver des alternatives les plus green possible ! Par exemple, l'eyeliner de che Boho Green est top, bien pigmenté et le packaging est eco-friendly !

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour cet article. J'ai aussi nettement réduit mes produits cosmétiques. Le démaquillage à l'huile est très efficace. Et les huiles sont très bonnes pour la peau. On peut vraiment changer nos habitudes et pour le meilleur.

    RépondreSupprimer
  4. c'est marrant, il y a quelques temps, j'ai fait un article sur ma routine beauté aussi, et elle ressemble beaucoup à la tienne: huile de coco et aloe vera, eau de rose, beurres végétaux.
    c'est en m'intéressant aux cosmétiques non testés sur les animaux que je suis tombée dans le végétarisme.
    ma peau se porte très bien et mes cheveux aussi!

    RépondreSupprimer
  5. j'en suis presque comme toi . Pas zappé le déo ni le vernis à ongles et pas non plus ma brosse à dent électrique : pour le reste, je suis déjà adepte et largement pratiquante !!

    RépondreSupprimer