4 déc. 2016

Vegan mince pies

Alors que nous entamons le mois de décembre il est fort difficile de ne pas penser à Noël et aux petites choses qui caractérise cette fête chaleureuse. En dépit du caractère très commercial de Noël, et de toute fête je dois dire, il en émane en effet une aura bienveillante et accueillante. Il y a toujours des petites choses du quotidien qui illumine notre quotidien, vous ne trouvez pas ?
La préparation des festivités de Noël débute, de mon côté, dès le premier décembre avec l'ouverture de la première case du calendrier de l'Avent mais aussi dès que je mets les mains dans la farine pour préparer des douceurs sucrées et épicées. Il y a tellement de spécialités sucrées en cette saison qu'un seul moi semble bien trop court pour cuisiner tout ce dont nous avons envie. D'ailleurs l'an dernier je n'ai pas eu le temps de préparer l'une des spécialités britanniques de Noël qui compte parmi mes favorites : les mince pies.


Les mince pies sont de mini tartelettes faites de pâte très sablée et de mincemeat. La mincemeat est un mélange de fruits secs, pomme, agrumes et épices mijotés, souvent dans du brandy ou un alcool fort. Les ingrédients phares de la garniture viendraient du XIIIe siècle, apportés en Angleterre grâce aux croisades. Le nom est équivoque puisqu'à l'origine ces mini tourtes comprenaient bien sûr de la viande et de la graisse animale (nombreuses recettes utilisent encore cette dernière). Heureusement, à l'ère victorienne on délaisse petit à petit la viande de cette spécialité de Noël. Il n'y a pas que la garniture qui a évoluée au fil des siècles, la forme des mincepies aussi. Autrefois elles étaient comme des grandes tourtes rondes, puis, à l'époque Tudor, elles étaient plus petites et carrés. Aujourd'hui ce sont des mini tourtes entièrement recouvertes de pâte sablée ou des tartelettes avec un grillage de pâte ou une étoile sablée sur le dessus.
Source : telegraph.co.uk


La première (et dernière fois aussi, je dois l'avouer) que j'ai goûté, que dis-je, savouré des mince pies, ce fut lors d'une petite fête de Noël britannique lorsque j'étais en licence. Je ne sais plus combien j'en ai mangé mais je me souviens fort bien des saveurs sucrées (un peu trop), mielleuses et épicées des mince pies. C'était comme Noël dans la bouche en une seule bouchée. Depuis ce Noël-ci, il y a déjà quelques années maintenant, je m'étais dit que j'allais en préparer maison. Il n'est jamais trop tard et voici mes toutes premières mince pies. J'ai tenté de trouver la recette la plus traditionnelle, en sachant qu'il y a tellement de recettes britanniques dites traditionnelles et familiales sur internet, de l'alléger (oui car 300g de margarine par pot est bien trop généreux !) et bien sûr de la végétaliser ! Le résultat est comme dans mes souvenirs : croustillant à l'extérieur avec une pâte sablée bien friable et moelleux à l'intérieur avec ces différentes épices absolument irrésistibles quand mariées aux fruits et fruits secs. Si vous n'avez pas encore goûté aux mince pies je vous incite vivement à les réaliser expressément !


Pour 10 mince pies :
Pour la pâte :
- 150g de farine *
- 50g de sucre roux
- 50g de margarine végétale
- 1 pincée de sel
- 1/4 de bicarbonate
Pour la garniture :
- 2 pommes
- 50g de raisins secs
- 50g de figues séchées
- 50g d'amandes
- 1/2 orange bio
- 1/2 citron bio
- 50g de sucre roux
- 1 cuillère à café de cannelle
- 1/4 cuillère à café de 4 épices
- 1 pincée de gingembre
- 1 pincée d'anis vert
- 1 pincée de muscade
- 1 clou de girofle
- 1 cuillère à café de whisky ou brandy
- 1 cuillère à café de margarine végétale

Mélanger la farine avec le sucre, le sel et le bicarbonate.
Couper la margarine en morceaux et la faire ramollir.
L'ajouter au mélange et émietter la pâte du bout des doigts afin d'obtenir une texture similaire au crumble.
Ajouter l'équivalent de 2 cuillères à soupe d'eau afin de pouvoir pétrir la pâte.
Former une boule lisse et souple. Réserver.

Peler les pommes et enlever le trognon.
Les couper en tout petits dés, mettre dans un saladier.
Ajouter les fruits secs, le sucre et les épices au saladier.
Laver l'orange et le citron afin de récupérer les zestes.
Presser la demi orange et le demi citron.
Incorporer les jus et les zestes à la garniture.
Bien mélanger et laisser reposer 1h minimum. **

Mettre la margarine à fondre dans une casserole.
Ajouter la garniture avec le whisky.
Couvrir et laisser mijoter sur feu moyen pendant 15 min.
Retirer le clou de girofle et laisser refroidir.

Préchauffer le four à 180°C.
Séparer la pâte en 2/3 - 1/3.
Etaler les 2/3 et former des cercles de la taille un moule à muffins.
Les placer dans les alvéoles et piquer le fond.
Etaler le tiers restant de pâte et découper des étoiles ou autres formes au choix.
Remplir les alvéoles d'une cuillère à café bombée de garniture. Tasser légèrement.
Placer les étoiles, ou le motif choisi, sur le dessus et souder légèrement les côtés.
Couper les bordures si nécessaire afin d'avoir des bords nets.
Enfourner 20 à 25 min. Laisser refroidir à température ambiante.

* J'ai utilisé mon mélange sans gluten favori : farine de riz, farine de millet, fécule de maïs
** La recette traditionnelle fait macérer la garniture au moins 1 nuit dans un lieu frais, j'ai opté ici pour une macération rapide à température ambiante.


N'oubliez pas, mon eBook est disponible ici !

1 déc. 2016

Madeleines vegan au potimarron et clémentine + eBook

C'est avec beaucoup d'excitation que j'écris cet article ! Non seulement nous sommes le 1er décembre, jour annonçant le début des préparatifs de Noël, mais aussi parce que je propose la toute première recette vegan de madeleines et que j'ai une grande nouvelle à vous annoncer.
 

Nous avons toutes et tous des rêves à réaliser, aussi bien dans un futur proche que lointain et nous en sommes souvent les propres acteurs sans nous en rendre compte. C'est à nous de nous donner la possibilité de réaliser ces rêves, de tout faire pour les atteindre et les accomplir. Comme tous j'ai de nombreux rêves sur ma 'liste' et l'un deux a toujours été, dès petite, d'écrire un livre. J'ai plusieurs fois tenté d'écrire un roman ou des nouvelles mais je suis du genre à écrire sous l'inspiration et à n'être jamais satisfaite de ce que j'écris ou fais. Alors bien que je garde ces tentatives d'écriture secrètes mon rêve d'écrire est toujours omniprésent et cela fait de nombreuses années que je désire vraiment réaliser un livre de cuisine. Mes études terminées et étant en pleine recherche d'emploi, je dispose de temps pour moi et, ce temps, je comptais le mettre à profit pour réaliser quelques un de ces grands projets. L'Automne étant l'une des saisons les plus inspirantes, des idées de recettes ne cessaient de fuser dans mon esprit. J'ai interprété cela comme un signe, celui qu'il fallait que j'entreprenne mes rêves et que je réalise mon premier eBook avec ces recettes inédites !

http://payhip.com/b/pjB8

Puisqu'on ne fait rien sans passion ni amour, le thème de ce tout premier eBook est l'un des aliments que j'aime plus que tout : la courge ! En réalité je les aime presque toutes (même si j'ai mes chouchoutes !) alors l'ensemble des recettes tourne autour des courges. Autour des courges, voici donc le titre de ce livre de recettes, le tout en 20 recettes végétales, toutes sans gluten et quelques unes crues, sucrées et salées. Cela vous donne envie ? Cela tombe bien car l'eBook est disponible dès aujourd'hui, le premier décembre, juste ici : clic !
Et pour l'occasion j'organise un petit concours, retrouvez les informations en bas de l'article.


Pour célébrer cette grande nouvelle je me devais bien de préparer une recette dans ce thème, avec de la courge, et surtout l'une de mes préférée : le potimarron. C'est la première fois que je fais des madeleines vegan. Les madeleines et moi formons une grande histoire, une histoire d'amour qui dure depuis plus de vingt ans ! Elles font partie des premières recettes que j'ai testée en cuisine, une recette que j'ai mis beaucoup de temps avant de perfectionner. Traditionnellement faites avec du beurre et des oeufs, cet équilibre était à revoir et c'est pour cela que j'ai mis du temps avant de publier une recette de madeleines. Pour une première recette on ne peut dire qu'elle soit traditionnelle, mais, que voulez-vous, je ne peux m'en empêcher ! Et ces madeleines sont si moelleuses et aux doux parfums de l'automne, de l'hiver mais aussi de Noël que vous ne le regretterez pas.


Pour environ 18 à 20 madeleines :
- 4 cuillères à soupe de sucre roux - 30g de margarine végétale
- 1 cuillère à café de bicarbonate
- 1 cuillère à café de cannelle
- le zeste d'une clémentine
- 100g de farine de riz
- 40g de farine de blé
- 40g de farine de millet ou maïs
- 1 cuillère à soupe d'okara ou "d'oeuf de lin"
- 4 cuillères à soupe de purée de potimarron
- 80mL de lait végétal
- 60g de chocolat noir (facultatif)

Mettre le sucre dans un saladier, ajouter la margarine ramollie et fouetter jusqu'à blanchiment.
Ajouter le bicarbonate, la cannelle, les zeste de clémentine et les farines.
Ajouter l'okara, la purée de potimarron et le lait.
Bien mélanger jusqu'à l'obtention d'une pâte épaisse et fluide.
Réserver au frais 2h.

Préchauffer le four à 210°C (chaleur non tournante)
Mettre une cuillère à café de pâte dans les alvéoles d'un moule à madeleines.
Enfourner 4 min.
Baisser la température à 180°C et poursuivre la cuisson 6 à 8 min.
Laisser refroidir les madeleines.
Si désiré, faire fondre le chocolat noir et faire tremper la base des madeleines dans le chocolat avant de laisser durcir.



* Concours *
A l'occasion de la sortie de mon eBook je vous en offre 3 exemplaires ! Un exemplaire sera à gagner sur le blog, un autre sur Facebook, et enfin un sur Instagram.
Pour participer il suffit de :
  • Me dire en commentaire quelle est votre courge préférée et comment vous aimez la déguster
  • Me suivre sur Facebook et/ou Instagram
  • Partager le post annonçant le concours sur les réseaux sociaux (me donner le lien)
  • Me donner une adresse mail valide, vos nom et prénom
Le concours est ouvert jusqu'au 14 décembre minuit. J'annoncerai les gagnant dans l'article du jeudi 15 décembre.

27 nov. 2016

Vers une salle de bain zéro déchet, minimaliste et naturelle

Cela fait presque deux ans que je me suis lancée dans la réduction des déchets, quels qu'ils soient. Cela a débuté bien après mes premiers pas vers le minimalisme, comme je vous l'expliquais dans mon article sur mon petit bout de chemin minimaliste. Le minimalisme et le véganisme m'ont permis de réduire mes produits et cosmétiques et d'en troquer contre d'autres aux ingrédients plus doux et naturels pour la peau et l'environnement. Ce petit processus a pris du temps car je n'ai jamais aimé gaspiller et on m'a toujours appris à terminer ce que je commence, du fait je suis le genre de personne qui se bataille avec les tubes de crèmes ou de dentifrices pour en avoir la dernière petite noisette. 
Cependant, alors même que mon petit carré de salle de bains devenait bio, naturel et plus respectueux des animaux et de l'environnement, j'ai pris conscience que je pouvais aller plus loin. Je pouvais me passer de bien des produits et en remplacer certains. Le déclic s'est fait très rapidement, après lecture de Zéro Déchet de Béa Johnson et de nombreux articles traitant du gaspillage, du déchet et de la vague zéro déchet qui déferlait alors aux Etats-Unis et en Europe du Nord. J'ai alors entrepris une nouvelle réflexion sur les produits de ma salle de bain.


La première étape est celle du fameux tri, en étalant par terre chaque produit de la salle de bain. Cela revient à se poser de nombreuses questions telles que : est-ce que je me sers encore de ce produit ? est-il encore bon ? vais-je utiliser ce produit ? Ces quelques questions, aussi simples soient-elles permettent de se rendre compte à quel point nous avons, même moi qui avait peu de produits de beauté, des produits superflus dont nous pouvons aisément se passer. Or, comme le but est le zéro déchet il était inconcevable de jeter des produits que j'utilisais alors, j'ai donc tout simplement attendu de les terminer avant de les remplacer par des alternatives plus écologiques. Concernant les produits inutilisés, neufs ou entamés, et encore bons, j'ai tout simplement demandé si cela intéressait des personnes de mon entourage.
Le tri m'a permis de me délester de produits inutiles et superflus, à titre d'exemple :
  • crayons et fards à paupières vieux et inutilisés
  • duplicata de brosses à cheveux
  • vieux élastiques et  pinces à cheveux
  • échantillons produits
  • eaux de toilette de mon enfance
  • vernis à ongles
  • crèmes diverses

Après avoir trié les nombreux produits et gardé uniquement ceux dont on se sert encore, il convient de se poser la question suivante : de quoi ai-je réellement besoin ? Nous avons tendance à utiliser de nombreux produits superflus ou qui sont facilement remplaçable, comme les après-shampoings, les tubes de masques pour cheveux, les gommages pour le corps, d'autres pour le visage, des crèmes à cibles spécifiques (yeux, zone T...etc.). Il faut avant tout replacer chaque produit dans son contexte, que tout produit est souvent commercial et il est tellement simple de vanter les mérite d'un produit pour créer le besoin et donc le vendre. Si on s'en passait avant d'en acheter, pourquoi garder ?
Garder des produits superflus, et donc en utiliser, est souvent synonyme de dépenses inutiles, de place perdu et de temps supplémentaire passé dans la salle de bains. Sans compter le fait que la plupart des produits cosmétiques promus sont cancérigènes, testés sur les animaux et contiennent du plastique, des métaux lourds, du parabène, des tensioactifs puissants...etc. Il faut ainsi prendre du recul par rapport à ce qu'on nous vente et déterminer ce dont on a réellement besoin. J'en suis arrivée à la liste suivante :
  • Savon et shampoing
  • Dentifrice et brosse à dent
  • Coton-tige
  • Hydratant visage et corps
  • Huile démaquillante
  • Coton démaquillant
  • Quelques produits maquillage légers
  • Brosse à cheveux
  • Brosse pour le corps
  • Argile
  • Aloe vera
  • Quelques élastiques et épingles à chignon 
  • Huiles essentielles
Au coeur de cette liste de produits on peut d'ores-et-déjà repérer des produits qui peuvent être utilisés pour plusieurs usages. L'huile démaquillante ne peut-elle pas servir à s'hydrater le visage ? A vous de trouver les produits que vous utilisez qui peuvent avoir plusieurs usages.


Les produits utiles déterminés il faut alors se pencher sur les déchets émis. Les tubes de crèmes, gels douche et dentifrices s'accumulent vite au cours d'un mois, d'une année et d'une vie alors que des alternatives sans emballages et sans déchet et réutilisables sont possibles. Reprenons la liste établie juste au dessus, lorsque j'ai voulu débuter ma transition vers le zéro déchet j'ai de suite voulu me rapprocher de petits entreprises française ou européenne fabriquant leurs produits et cosmétiques à la main. 
On ne passe d'ailleurs pas à côté du souffle des cosmétiques solides qui, de par leur forme, ne produise aucun déchet final et sont souvent entourés d'un emballage recyclable ou compostable. Mon déodorant, mon shampoing ainsi que mon savon corps et visage sont solides. Les deux premiers sont de chez Lamazuna, une petite entreprise née en 2010 sous les doigts de Laëtitia et qui s'est développée grâce à sa force et persévérance car tout est fait à la main, en France et avec des produits naturels. Quant à mon savon, surgras et au lait d'avoine, je l'ai trouvé alors que j'étais à Clermont-Ferrand, il vient de la Savonnerie de Beaulieu, un atelier artisanal et traditionnel n'utilisant que des produits naturels. J'en suis très satisfaite car il est tout doux et ne désèche pas la peau, contrairement aux gels douche que j'ai pu utiliser avant (même ceux dits hydratants vegan).
Pour mon dentifrice j'utilise aussi celui de Lamazuna, après plusieurs essais non concluant de dentifrice maison, et je dois dire qu'il n'est pas mal du tout ! Pour la brosse à dent il a longtemps été difficile de trouver une alternative vraiment écologique, j'avais acheté une brosse à dent en plastique à tête interchangeable en magasin bio en attendant de trouver mieux à prix abordable. Puis, récemment, le projet My Boo Company, une petite entreprise française basée à Nantes, a fait une campagne participative afin que des brosses à dents en bamboo 100% compostable voient le jour. Projet qui a reçu un chaleureux accueil et qui est parti pour de belles aventures.
Ensuite j'ai remplacé les cotons tiges par un cure oreilles en bamboo, j'utilise de l'huile de coco pour le visage et le corps en alternant avec de l'huile d'olive (ou d'autres huiles selon ce que j'ai sous la main), j'ai troqué les cotons jetables (très polluants et contribuant à l'exploitation à outrance) contre des cotons lavables maison, puis j'ai conservé le reste de mes produits (brosses, élastiques et autres) tout en commençant à fabriquer mon maquillage maison (comme mon fond de teint ou mon baume à lèvres).

Un bon bout de chemin a été parcouru pour diminuer les déchets et emballages de ma salle de bain. Elle est devenue plus naturelle et minimaliste et pourtant j'ai encore quelques objectifs à atteindre. Il me reste encore quelques emballages à supprimer, comme troquer mon tube d'aloe vera contre du gel fait maison, passer des mouchoirs papier aux mouchoirs en tissus, ou encore réaliser une crème pour les mains maison (c'est mon faible !). 


Et vous, qu'utilisez-vous comme produits et cosmétiques ? Quelles sont vos astuces pour passer au zéro déchet ?
Quels sont vos prochains objectifs ?