6 oct. 2016

Mon voyage vers le minimalisme

On entend de plus en plus parler du minimalisme, tant dans le domaine de la décoration, de la beauté, de la mode, de la cuisine qu'en tant que phénomène global, comme mode de vie. S'agit-il là d'un phénomène de mode laissant place à une image 'cliché' faites de lignes épurées, d'intérieurs modernes aux couleurs froides et lumineuses ? Ou tout simplement un désir général de simplifier notre quotidien, de retourner à l'essentiel et de se délester du superflu ? Je vous laisse forger votre propre avis sur la question. Dans cet article peu habituel sur le blog, et que je souhaite rédiger depuis un moment, je vais vous faire part du comment et du pourquoi je suis arrivée à me rapprocher du minimalisme et à tenter de vivre de cette manière. Je désire avant tout partager un petit peu de ma vision du minimalisme, peut-être que vous aussi vous vous intéressez au minimalisme et que votre vision est différente ? Si tel est le cas n'hésitez pas, vous aussi, à la partager !





Le minimalisme est un mode de penser et un mode de vie dont l'essence est de se (re)concentrer sur l'essentiel, sur ce dont nous avons réellement besoin pour vivre en harmonie avec nous-même. C'est réfléchir de manière raisonnée sur ce qui nous entoure, nos possessions, nos consommations, et notre organisation, c'est songer au pourquoi et au comment nous agissons et vivons ainsi. Il est en opposition avec les excès, la surconsommation et le désordre. 
Certains verront dans le minimalisme un concept de beauté et d'esthétique, au travers d'espaces épurés et lumineux, d'un mode de vie se concentrant sur la beauté des moments simples du quotidien, et d'objets esthétiques et uniques.
Loin d'être un concept récent, les préceptes du minimalisme datent de plusieurs siècles, parmi eux on compte le cher Henry David Thoreau, notamment au travers de son oeuvre Walden, mais aussi Lao Tseu et le bouddhisme en général. On peut également résumer le minimalisme avec cette citation de Mies van der Rohe "less is more". Moins de choses superflues dans notre vie pour l'enrichir.



Lorsque l'on prend conscience de l'environnement qui nous entoure et de l'éventuel mal-être qui en résulte on est souvent pris d'une envie immédiate de changement, d'avoir des espaces plus libres et moins encombrés. Le minimalisme au quotidien commence souvent par le désencombrement de notre intérieur, en se débarrassant du superflu, en jetant des objets cassés ou abimés qui restent dans un coin, en donnant des vêtements que l'on garde 'au cas où' ou dont on avait même oublié l'existence, en triant nos tiroirs de cuisine et autres placards des objets dont on ne se resservira pas. L'idée est de n'avoir que l'essentiel ou plutôt de n'avoir que des choses qui nous apportent du bonheur au quotidien. Pour cela il faut arriver à se débarrasser du côté trop émotionnel lié aux possessions, tant à cause de souvenirs liés à celles-ci que de culpabilité de jeter ou donner un objet dont on nous a fait cadeau.
Suite au désencombrement des possessions futiles et superflues, le minimalisme se traduit également par un mieux consommer. N'acheter que l'essentiel, toujours, et ce dont on a réellement besoin. Toujours privilégier la simplicité et ce qui nous apporte du bonheur au quotidien, tant en matière de vêtements que d'objets et d'alimentation. Les achats sont donc raisonnés et se rapprochent généralement souvent d'une pensée éthique. Être minimaliste cela peut également être privilégier l'artisanat, les pièces uniques, les petites entreprises, le local...etc. Car cela peut être un désir de rejeter la société de consommation dans toutes ses lignes.


Mon voyage vers le minimalisme a commencé en douceur, il y a déjà plusieurs années. Je suis de nature peu dépensière et fervente défenseure de la consommation raisonnée, sûrement dû au fait que j'hésite toujours avant d'acheter quoi que ce soit ! Mes achats se limitaient aux moments de réels besoins ou lorsque j'avais un réel coup de coeur. Je me suis rapidement intéressée à la consommation et sur-consommation, dès le lycée, au travers nos cours sur les Révolutions Industrielles et les Trente Glorieuses. Puis, en parallèle, je lisais des romans qui critiquaient de manière intelligente et cachée la société. C'est à ce moment que j'ai découvert les fabuleux romans de A. Paasilinna. Une fois à l'Université j'ai continué ces lectures en faisant connaissance avec les mouvements littéraires américains dont le fameux H. D. Thoreau est le pionnier. Ces lectures étaient enrichissantes car en plus de me divertir autour d'histoires fictives, elles donnaient vraiment à réfléchir.
C'est pendant ces années universitaires que j'ai également découvert D. Loreau et son fameux ouvrage L'Art de la Simplicité. Je n'étais pas habituée à lire cette catégorie de livre dit de 'développement personnel' mais elle m'a vraiment révélé ce vers quoi je voulais me diriger. Pas seulement une consommation raisonnée de tous côtés, mais également une vie simplifié où les objets ne sont pas devenus fardeau, où notre environnement nous apporte du bonheur au quotidien et dans lequel on se sent libre. Après cette lecture j'ai commencé à modifier ce quotidien en me délestant de certaines possessions, en faisant du tri et en jetant nombre de choses accumulées pendant mon enfance et ma jeune adolescence.

Ces petits tris n'avaient pas assouvis ma soif de liberté au sein de mes possessions et je recommençais à trier fréquemment, que ce soit mes cours datant du collège, mes vêtements, mes objets de décoration, mes cosmétiques ou mes ustensiles de cuisine. Et je dois dire qu'année après année, et malgré ces tris, je me sentais de plus en plus oppressée par tout cela, comme si je gardais toujours un certain poids à transporter.
Lorsque je suis devenue végane, la fibre du tri m'a reprise de plus belle, et cela concernant surtout les cosmétiques car je voulais à tout prix arrêter de mettre sur mon corps tout produit ayant été testé sur les animaux et contenant des produits animaux. Cela a d'ailleurs été un choc de voir tout ce qu'on nous faisait mettre sur notre peau, comment est-ce possible d'appliquer autant de produits chimiques et de souffrance sur notre peau ?! S'en est suivi un processus de simplification de ma salle de bains mais aussi de mon mode de vie complet. Les lectures de D. Loreau m'accompagnaient toujours et j'ai également découvert le célèbre Zéro Déchet de B. Johnson et plus récemment La Magie du Rangement de M. Kondo.
Avec ces lectures pleines de réflexion sur soi, sur le mode de vie et de consommation, ainsi que des blogs tout aussi inspirants comme Echos Verts ou La Cabane de Moe en France, je me suis vraiment impliquée et appliquée à rendre mon environnement minimaliste et zéro déchets (nous verrons ce dernier un peu plus tard.)

Aujourd'hui j'ai donc une garde robe considérablement réduite (vêtements, chaussures et accessoires), des ustensiles de cuisine et de photos triés et dont j'ai utilité, une panoplie de cosmétiques toute petite et saine, et des éléments de décorations simples qui m'apportent de la joie sans encombrer l'espace. Malgré ces objectifs déjà atteints il m'en reste quelques uns vers lesquels tendre.

 Pour le moment il m'est encore difficile de mesurer l'impact et les effets de ces multiples tris. Même si je ressens un réel bénéfice et bien-être sur mon environnement immédiat, mes études font que mes meubles et l'ensemble de mes possessions sont chez mes parents. Je n'ai donc pas de vision globale sur tout ce que je possède car tout est bien rangé et je dois dire que ma chambre est assez encombrée par des meubles que je souhaite absolument conserver pour plus tard.
Néanmoins, j'ai un bon visuel côté salle de bains. Il me reste quelques produits dont je souhaite me passer mais, dans un souci de non gaspillage, j'attends de les avoir terminés. Donc une fois ces produits terminés je pourrai mieux me constituer une trousse de toilette minimaliste et éthique.
En cuisine j'ai encore eu du mal à donner des ustensiles, surtout les assiettes. Être blogueuse culinaire c'est avoir de nombreux outils pour les photographies, cependant je ne pense pas que minimalisme et blog s'opposent. Au contraire, c'est là le défi que je me lance, tenter de réduire ces assiettes dépareillées à celles qui me plaisent vraiment et qui rendent le mieux sur les photos. Il en est de même pour les couverts, les serviettes et rubans !
Ma bibliothèque fait aussi partie de mes objectifs. J'ai eu beau tenter de la vider un petit peu, selon la méthode Konmari, mais c'est plutôt en vain car je tiens trop à mes livres. J'aime la bibliothèque en tant que meuble esthétique. Je tiens à poursuivre ma réduction du nombre de livres que je possède et l'article de La Cabane de Moe m'a bien inspirée !
Autre objectif, les papiers. J'ai déjà réussi à jeter mes cours du collège et du lycée mais il me reste tous mes cours de licence et maintenant ceux du master. Je n'arrive à me résoudre à les jeter car je me dis que j'en aurais peut-être besoin, et tout comme mes anciens cours, j'y suis encore trop attachée pour les jeter. Peut-être me faudra-t-il attendre un peu, prendre du recul, pour arriver à m'en séparer.
Enfin, je serai sûrement prochainement employée (je l'espère) et aurais donc pour la première fois mon petit chez moi permanent cette fois, l'objectif sera de bien choisir les biens à acheter pour : d'une part ne pas regretter ces achats et être sûre qu'ils me plairont sur le long terme, et de deux, ne pas encombrer mon espace inutilement. Ce qui n'est en réalité pas chose facile car côté décoration j'aime de nombreux univers !




Et vous, vous intéressez-vous au minimalisme ? Quel est votre parcours ? Vos objectifs ? Les difficultés que vous avez rencontrées ? Dites-moi tout !


Hebergeur d'image

Noisettes :

  1. Vaste sujet le minimalisme ! Je pense qu'il y a autant de minimalismes que de minimalistes, et que l'essentiel est de minimaliser selon ses propres conceptions et besoin. Moi par exemple, je ne pourrais pas vivre dans un environnement complètement épuré, avec trois bouquins et deux tee-shirts. Il me faut plein de bouquins (mais seulement ceux que j'aime et ceux qui me servent, les reste je donne ou vends au fur et à mesure), et des vêtements de formes et couleurs différentes, selon les envies et la météo. Mais je comprends qu'on puisse avoir envie de se contenter du strict minimum, ça me démange de tout larguer parfois ^^ C'est une question de mesure à mon avis, et de sentiment de bien-être qui est tout personnel et ne peu pas être quantifié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord ! Nous avons tous des sensibilités différentes qui font que nous appréhendons les choses de manières propres, dont le minimalisme.
      On a tous des besoins différents aussi alors on ne peut pas se passer des mêmes choses, tant au niveau du lieu de vie que du mode de vie.
      Donc je suis totalement d'accord avec toi ! Et de même je ne pourrais me passer de livres et de vêtements (bien que je n'en ai pas trop trop non plus ;) )

      Supprimer
  2. Je m'y essaye depuis quelques années, depuis la lecture du livre de Bea jonhson, très inspirante et aussi du fait qu'on pollue un maximum avec notre mode de consommation. alors depuis plus d'un an j'achète autant que possible sans emballage, je fais parfois ma lessive et le fait maison presque roi, ou presque ! le lâcher prise parfois ça a du bon ! je limite les sorties shopping et j'ai vidé ma bilbliothèque en donnant des cartons de livres à des associations. dans la salle de bain c'est shampoing solide à présent et voilà ! toutes ces petites choses font qu'on limite l'entrée de l'inutile et du polluant !! mais j'aurais encore beaucoup à explorer !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un beau chemin que tu as là ! Et ne t'inquiète pas nous avons tous encore du chemin à parcourir, justement. On ne peut qu'aller vers le positif !
      D'ailleurs en parlant du zéro déchets, je le traiterai dans un futur article ;)

      Supprimer
  3. Quand j'ai vu le titre, j'ai su que j'allais adorer ton article !
    Le minimalisme me parle de plus en plus ! J'ai tellement accumulé de bazar que parfois j'ai envie de louer un camion benne, de tout balancer dedans et hop, servez-vous messieurs dames !

    En attendant de débarrasser un peu tout ça, je n'achète rien de superflu, je me limite à l'essentiel ! Même si je me fais tout de même des petits plaisirs de temps en temps au niveau de vêtements !
    Comme je ne suis pas quelqu'un de dépensier, ça ne me gêne absolument pas !

    Je rêve d'un intérieur minimaliste, zen, ouvert et lumineux et un jour, je l'aurai ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis vraiment ravie :)
      Avoir conscience de tout cela est le premier grand pas à faire ! Tu es donc en bonne voie et tu n'as plus qu'à t'atteler au tri et au rangement. Dis-toi que lorsque tu donnes tes biens à une association tu leur donnes une seconde vie :)

      Supprimer
  4. Super article !

    Petit à petit, je tends vers le minimalisme. Mon objectif est d'y aller doucement (mais surement) car c'est difficile de faire changer les habitudes, les miennes mais également celles de mon compagnon. Alors petit à petit, je ne rachète pas certains produits et nous nous rendons compte qu'on peut très bien s'en passer. J'ai attaqué, dans une démarque de limiter les déchets également, de ne plus acheter de papier essuie tout (Sopalin pour ne pas le citer) et ça y est, nous n'en avons plus besoin. Nous utilisons une éponge ou un torchon et c'est très bien! La prochaine étape, qui va être très très vraiment alors super méga difficile, ça va être de trier les vêtements. Garder ceux que nous portons au quotidien et donner ce qui ne nous sert pas... Dans une second temps, j'aimerais que nous limitions nos déchets mais ça, c'est une autre histoire ... A voir avec le temps !

    A bientôt,
    Fiona

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fiona.

      Il faut en effet y aller à son rythme car un changement trop brusque et imposé peut être vécu comme un traumatisme par les autres.
      Mais je suis certaine que tu y arriveras à force de persévérance car tu es sur la bonne voie :)
      Au contraire, j'ai trouvé les vêtements le plus simple à faire, comme quoi !

      A très bientôt

      Supprimer
  5. Je reviens te relire au complet..j'ai deux bouts de chou qui arrivent sous peu..love that baby's tears plant..je veux te dire que ma bonne amie pratique..ce que tu pratiques..aussi..et je l'admire..mais..je te reviens..

    RépondreSupprimer
  6. On est dans une société de surconsommation et j'en faisais partie jusqu'à ce que des problèmes financiers me fassent changer ma façon d'acheter. Je finis d'abord ce que j'ai dans les placards et je n'achète plus que le strict nécessaire. Ce n'était pas un choix au départ mais maintenant ça l'est et je ne changerai rien ...
    Bel article, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait cela qu'il faut faire, une sorte de rotation des achats et une réflexion sur chacun d'entre eux.
      Nous avons tous un parcours différent vers le minimalisme qui est bénéfique :)

      Supprimer
  7. Je suis assez d'accord avec Suny sur sa vision du minimalisme. Perso, cela passe par une réelle prise de conscience de ma manière de consommer et une remise en question de celle-ci... j'essae aussi de conscientiser ma fille sur la question, même si elle est petite... Par contre, certaines démarches très "extrêmes" ne me parlent pas du tout (même si chacun fait bien ce qu'il veut...) Belle journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Zenopia !
      Il y a de l'extrême partout mais c'est aussi très relatif ! Il faut adapter chaque lecture et idée aux siennes afin de toujours être en phase avec soi-même :)
      C'est très bien de sensibiliser les enfants dès le plus jeune âge, c'est leur inculquer les bons réflexes et bonnes pensées !
      Merci de ton passage

      Supprimer
  8. Je me répète encore une fois:"tu écris tellement bien.."Toujours ..comme un grand auteur."
    Bravo.
    J'ai une amie qui a vendu sa grande maison..qui a mis tous ses gros meubles antiques..etc..en storage..elle vit hublement dans un petit appartement..
    eele est artiste..ell médite chaque jour..fait du yoga chaque jour..elle a 75 ans..et je la trouve tellement sereine..elle a vendu son automobile..un tas de choses..
    j'ai lu le livre de M Kondo..j'ai réorganisé mes tiroirs..:)
    Je dois admettre que certains sont tellement bien organisés../pliés..que je porte ce qui est accroché:)
    Etant mariée depuis presqu'un demi-siècle..ouf! nous avons des années d'accumulation..les enfants..les petits-enfants..les jardins ..autos..assiettes..nous habitons ..un lieu..qui nécessite une auto..
    bon encore des excuses..

    tout pour te dire..je t'applaudis..on a vraiment pas besoin de grand chose de plus de ce qui est nécessaire pour se sentir heureux.♥

    Ah oui..aussi point de vue blogueues..assiettes..etc..une qui m'émerveille..Heather Cristo..elle photographie ses mets..souvent..sinon toujours..sur le fond d'une assiette de métal vieillie..toujours ..c'est beau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment Nana pour tes doux mots qui me touchent !

      Ton amie semble plus qu'honorable, c'est une belle source de quiétude et d'inspiration.
      Je ne doute pas de sa bonne influence sur vous et qu'elle vous motivera à avoir envie de trier et organiser. C'est certaine que chaque année de plus signifie plus d'accumulations mais il ne faut pas s'en démotiver pour autant et y aller progressivement. :)

      Et oui ! Pour les blogueurs de cuisine on peut finalement se contenter de peu ^^

      Supprimer
  9. Quel article!!!
    Bravo,
    moi aussi, je m'intéresse beaucoup au minimalisme,
    je fais d'ailleurs un gros travail sur moi même, en ce moment,
    c'est pourquoi, je fais une pause sur mon blog,
    je viens de m'initier au reiki,
    et je vois la vie bien différemment qu'il y a quelques années,
    et tout ça, c'est que du bonheur!!!!!!
    Je compte bientôt revenir sur mon blog mais pas seulement avec des recettes,
    aussi avec des pensées positives, des citations, des idées de choix de vie...
    A bientôt!!!
    Tu es dans quelle région??
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,
      C'est un bon moyen de se retrouver, faire une pause, se déconnecter...
      Cela apporte bonheur et quiétude !
      J'ai hâte de voir le changement :)

      Je suis de retour en Normandie ;)

      Supprimer
  10. Ah ! Quel plaisir de voir nommer Thoreau et son Walden que je traîne depuis tellement longtemps <3 Il a accompagné ma jeunesse et est resté.
    Je me sens très proche de toi dans cet article, comme toi, je ne suis pas dépensière. Depuis toujours, le shopping n'est pas mon truc, je déteste être encombrée de quoi que ce soit.
    Tu vois Camille, les seuls excès sont les assiettes dépareillées pour le blog...pour finalement n'utiliser presque que des blanches !!! comme quoi.
    J'aimerais vraiment te rencontrer un jour, bises chère Camille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clémentine, comme je suis toute contente que tu aimes également ces auteurs si inspirants !
      A vrai dire je savais que nous avions beaucoup en commun mais à chaque fois je suis étonnée d'en découvrir un peu plus :)
      J'aimerais également beaucoup te rencontrer ~
      Bises et à très bientôt

      Supprimer
  11. Superbe article! Cela faisait plusieurs jours que je le gardais pour prendre le temps de le lire, le temps d'un moment paisible. Voici chose faite autour d'un petit déjeuner calme en ce samedi matin à Chicago.

    Tout comme toi j'aime l'idée du minimalisme, je suis très peu attachée aux choses et en suis absolument ravie, et j'aimerais apporter encore plus de minimalisme dans ma vie. Pour tout ce qui est matériel, mes déménagements successifs à l'étranger en Suède et maintenant à Chicago aident considérablement à se débarrasser de beaucoup de choses, et l'on s'apercoit que finalement on s'en passe très bien dans la vie de tous les jours (exception faîte pour tout ce qui concerne la cuisine, car le fait de ne pas avoir certains indispensables - ne serait-ce qu'une louche ou une râpe! - me fait regretter amèrement mon ancienne cuisine, mais bon).En cuisine je suis de plus en plus sensible au minimalisme aussi, essayant d'avoir le moins d'ingrédients dans mes placards (un sacré défi quand on est blogueuse culinaire comme tu le sais), et essayant surtout d'avoir un meilleur contrôle du contenu de mon alimentation, que je souhaite le plus naturel possible.

    Pour les cosmétiques, je commence également tout doucement dans cette voie, ne souhaitant pas infliger à ma peau des agressions chimiques non nécessaires, mais j'avoue que je suis encore un peu perdue dans cette jungle. J'aimerais me préparer certains cosmétiques et soins pour les cheveux moi même par exemple mais ne sais pas où commencer. Si tu as quelques conseils, n'hésite pas! Bref, un grand merci pour ce bel article qui tombe à pic dans ma vie, avec ce besoin croissant de minimalisme, pour pouvoir se recentrer sur l'essentiel. Bon week-end à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je comprends ! Les déménagements, notamment, font prendre conscience de beaucoup de choses dont du nombre de possessions que l'on a et à quel point on est encombré ! Et j'imagine que déménager à l'étranger accentue lourdement cela.
      Et, comme tu le dis, on arrive souvent à remplacer par autre chose ce qu'on a donné. On est souvent trop gadget à l'origine, et on ne peut pas s'en vouloir.

      Ce serait avec plaisir que je t'aiguillerai vers cette 'jungle' de cosmétiques ! Je ne sais pas quand je pourrai rédiger un article dessus mais n'hésite pas à me contacter avant ;)

      Bonne semaine, bises

      Supprimer
  12. Coucou à toi ! Super cet article sur le minimalisme. Je découvre ton blog et je vais m'empresser de le mettre dans mes favoris :) Nous avons les mêmes références littéraires, j'ai l'impression que ce mouvement plaît beaucoup aux personnes du moins qui ont fait des études de lettres. La salle de bains est ce qui prend le plus de temps car on doit finir les produits qu'on a achetés et qui ne nous servent pas forcément souvent... Bon cheminement en tout cas :) et au plaisir de te lire bientôt !

    RépondreSupprimer
  13. Quel bel article ! J'aime à te lire, et tes inspirations et orientations me font toujours réfléchir... Minimaliste, c'est une tendance (le mot n'est pas approprié, je crois vraiment à sa pérennité) à laquelle je m'identifie par aspects. Je n'ai jamais lu d'ouvrage sur le sujet, mais je sens que je vais bientôt en ressentir le besoin. Depuis toujours, je suis, comme tu te décris, peu dépensière et très hésitante lors de mes courses, ce qui fait que je ressors souvent avec rien de superflu, et le jour où je décide d'acheter quelque chose de nouveau, c'est longuement réfléchi et cela se révèle donc utile à mes yeux ! Depuis quelques années, je consomme moins et mieux et incite mon mari à en faire de même. Je ne renouvelle pas le contenu de mes placards et tend à finir d'abord ce que j'ai en stock. Notre déménagement récent et la rénovation complète de notre maison nous pousse à éliminer tout superflu en général, on vit avec peu (le reste est encore dans les cartons !), et qu'est-ce qu'on vit bien ! Cela va nous mener à faire du tri... Si je cuisine toujours de saison, mes réflexions sur consommer raisonné avancent et tendent à entrer dans la sphère du cosmétique. Pour les vêtements, je n'y parviens pas encore, je souhaiterais acheter local ou artisanal, mais c'est encore au-delà de mes moyens. A suivre ! Merci pour les références que tu nous cites, je garde précieusement ton article de côté ! A bientôt, Perrine

    RépondreSupprimer
  14. Tu me connais je suis assez matérialiste donc le minimalisme ne m'attire pas encore, mais j'ai cependant évolué depuis quelques temps, ayant moins de fringales textiles qu'avant (le manque de moyen aidant j'avoue).
    Cela dit je comprends le besoin que tu peux ressentir à minimiser au maximum ton impact sur l'environnement, qui va de paire avec le véganisme, et donc à minimiser tes achats et surtout à bien les sélectionner.
    Je t'admire donc pour les engagements que tu prends pour suivre tes convictions car ce n'est pas toujours facile, les offres se développent mais ça reste encore une niche.
    Comment réagit ton entourage à ces différents changements ?

    RépondreSupprimer