11 mai 2015

Pourquoi je suis devenue végétarienne

Il m'a fallu un certain temps pour écrire cet article, tout d'abord parce qu'il s'agit d'une décision qui demande beaucoup de réflexion et qui n'est donc pas si simple à prendre. 
Cela ne s'est certes pas fait du jour au lendemain, car ça fait bien des années que je songe au végétarisme, mais je n'avais pourtant pas encore sauté le pas pour diverses raisons. Bien que le végétarisme soit de plus en plus répandu il ne va pas forcément de soi et reste victime de préjugés car nous sommes dans une société où on nous inculque dès petits qu'un plat complet contient de la viande ou du poisson, des féculents et des légumes, mais il y a  aussi la peur constante d'un manque de protéines et autres nutriments. D'ailleurs beaucoup s'imaginent aussi que les végétariens sont en mauvaise santé, qu'ils ont le teint blafard et qu'ils sont maigres.
Le végétarisme n'est pas un régime au sens de régime amaigrissant contrairement à ce que beaucoup de sites prônent, il s'agit d'un régime alimentaire soit un mode de vie qui a ses raisons à la fois personnelles, éthiques, politiques...etc.
Cet article n'a cependant pas pour but de vous convaincre et vous dire qu'il ne faut absolument pas manger de la viande ou du poisson, non, je souhaite simplement partager avec vous les diverses raisons qui m'ont fait devenir végétarienne tout en essayant de les organiser de manière claire.

Source : photo personnelle, Londres avril 2013

Depuis toute petite j'aime les animaux (hormis les araignées, vous savez, les grosses, bien poilues ?!) et je mangeais de tout, mais en grandissant j'ai vite fait le lien entre les animaux que je voyais dans les prairies et ceux que l'on mangeait. Les lapins, les chevaux, les moutons, et les animaux de la forêt que j'aimais particulièrement ont rapidement été bannis de mon assiette ; je ne supportais pas de voir des os ou de la peau dans mon assiette, viande et poisson ne devaient pas avoir une forme "animale" sous peine de me dégoûter (mais je ne mangeais pas pour autant du poisson carré !) Au lycée ce dégoût s'est fait plus fort et je mangeais de moins en moins de protéines animales, surtout avec ma découverte des produits végétariens comme le tofu qui, je le savais, me permettaient d'y palier. Les reportages sur la viande, les scandales et les documentaires m'ont d'autant plus ouverts les yeux sur le commerce de la viande, des animaux, des êtres vivants. Maltraités, massacrés et surtout tués à notre demande ! Cela me donnait envie de vomir et je ne cessais de me demander comment nous, êtres humains nous proclamant amis des bêtes, nous pouvions faire cela. Et avec l'actualité, les guerres de religion et autres barbarisme humain je ne cessais de faire le rapport, toujours en me remémorant les images d'abattoir barbares dont je vous épargne les détails sanguinolents. Bref, c'était d'abord un dégoût de manger de la chair (vivante ou morte) et des êtres vivants.


Au fur et à mesure des années j'ai donc considérablement réduit ma consommation de viande et je trouvais dans la cuisine végétarienne tellement d'inspiration, un bien-être intérieur tel que je souhaitais ardemment que le végétarisme prenne le pas sur le mode de vie omnivore. De plus, plus je m'orientais vers le végétarisme plus je me sentais bien. Nous avons tous besoin d'écouter notre corps, notre esprit et de trouver le mode de vie approprié, ne pas tomber dans le tourbillon des dictats qui appâtent les gens à l'aide de mots clefs tels que "healthy", "detox", "minceur" et autres et les font adopter des mode de vie formatés qui ne leur conviennent pas vraiment. En écoutant le mien j'ai trouvé le mode de vie qui me convenait mieux, je me sens d'ailleurs mieux sans manger de la viande que ce soit physiquement ou mentalement (je me sentais tellement coupable après avoir mangé de la viande, pauvre bête). 
De plus, en m'informant davantage, j'appris que la viande n'était pas nécessaire pour notre organisme et que la sacrosainte protéine pouvait être trouvée partout et pas uniquement dans les "substituts" (je n'aime pas ce mot) à la viande faits à base de soja, en effet, on trouve les protéines partout, que ce soient dans les légumes, les légumineuses, les fruits secs et j'en passe. D'ailleurs, en parlant protéine, les protéines animales ne sont absorbées qu'à hauteur de 20% par l'organisme contrairement aux végétales. Une étude américaine a même démontré que nous consommions bien plus de protéines que nécessaire à notre organisme et que cela était néfaste, pouvant entrainer des cancers. Quant au fer nous le trouvons également dans les produits végétaux, comme bien nombre d'autres nutriments. La seule carence qu'un végétarien peut avoir se trouve dans la vitamine B12 qui est principalement fournie par l'apport de protéine animale (mais aucun être vivant ne l'assimile seul, même les animaux que nous mangeons doivent prendre des compléments pour ne pas être carencés) bien que certains aliments végétaux en ont en petites quantités. Côté santé la viande et le poisson sont porteurs de maladies que ce soient infectieuses ou, sur le long terme, cancérigènes. Les animaux ne sont pas bien nourris, j'irais même jusqu'à dire que leur nourriture est empoisonnée, ce qui fait que nous mangeons aussi du poison. Le régime alimentaire (au sens propre, et non régime) végétal permet de réduire ces risques car, dans le cadre d'une alimentation saine, il permet une baisse du cholestérol, de la tension, du risque d’infarctus...etc. et du nombre de pesticides et d'antibiotiques (trouvés dans la nourriture des animaux), surtout si l'on consomme bio.

Source : Insolente-veggie


Depuis plusieurs années également je fais attention à ma consommation en général. J'achète peu et chaque achat est mûrement réfléchi car acheter pour acheter n'a pas de sens selon moi, côté alimentation je ne consomme donc pas de produits industriels et les produits raffinés sont en général limités, je surveille également les déchets et agrémente mon quotidien de gestes que l'on appelle "éco-responsables". Après nombre lectures le lien végétarisme - écologie s'est vite tissé. L'industrie animalière occupe une grande place sur le territoire car pour 1kG de viande de boeuf, entre autre, il faut 10kG de céréales, ainsi, la plus grande partie des champs de céréales (70% sur la planète) qui entoure vos maisons ne sont pas destinés à faire de la farine ou pour cuisiner vos plats mais pour le "bétail". Donc le ratio entre le nombre de personnes nourries par 1kG de viande et celui par 10kG de céréales est loin d'être égal, vous vous doutez bien... De plus, la digestion des animaux produit des gaz à effet de serre qui, nous le savons, sont nocifs pour l'environnement et ce sans parler des déchets qu'ils produisent et de l'eau qu'ils nécessitent, l'élevage est donc une réelle usine à pollution.  Plus l'élevage est intensif et dense, plus les conséquences seront importantes. En mangeant moins, voire pas du tout, de viande on économise des ressources non négligeables, des terres, de l'eau, des céréales...etc. Je ne vous parle pas en détail de la pêche intensive qui bouleverse voir détruit les écosystèmes marins, sans compter les élevages de poissons (vous êtes probablement au courant des conséquences sur les saumons...) qui, eux aussi, sont des usines à poison. L'ONU parle même de cette diminution de consommation de viandes et poissons comme l'une des solutions contre la faim dans le monde à grande échelle.
Certains jugeront utopistes ces propos et se diront peut-être que tout seul on n'a que peu de poids, il ne faut penser ainsi et se dire que nous contribuons chacun à la société par de petites actions. Les grandes actions n'existent pas en elles-mêmes mais par une multitude d'actions individuelles.


J'arrive à la fin de cet article vous exposant les diverses raisons de mon choix, il s'agit d'une liste non exhaustive car je suis certaine d'en avoir omis quelques unes après avoir tant lu à ce sujet. Ces lectures et informations m'ayant permis de rédiger cet article et d'affirmer mon choix sont des blogs, des articles de journaux, des sites bio, des sites d'organisations mondiales...etc. qui me sont apparus, pour la plupart, au fur et à mesure de leur parution, sauf recherche de ma part. Beaucoup de chiffres, graphiques et illustrations sont disponibles sur ces sites et journaux qui expliquent l'essence des propos ici reportés.


Bien que le blog passe au végétarisme je conserve les recettes de viandes et poissons déjà publiées car ce blog reflète mon évolution dans le monde de la cuisine, même si je ne l'ai pas commencé à mes débuts. Vous avez cependant déjà pu voir une nette orientation vers la cuisine végétarienne voire végétalienne récemment sur le blog, peut-être vous demandez-vous à présent si le passage au végétalisme est proche ? *
On peut se passer de viande comme on peut aussi se passer de tous les produits animaliers pour les mêmes raisons. Il s'agit certes d'un autre sujet que j'aborderais peut-être plus tard mais sachez que l'industrie laitière est également barbare, le lait que nous buvons est celui dont on prive les veaux, les oeufs de poule ont aussi leur lot... Mais pour le moment je me contente d'en réduire la consommation car je ne me sens pas prête et n'ai pas l'envie d'arrêter de manger du miel, du fromage de chèvre, certains yaourts au lait entier...etc. 
 * Pour information un végétarien ne mange ni viande ni poisson ; un végétalien ne mange aucun produit animal (viande, poisson, miel, lait, oeuf...) ; et un végan est aussi végétalien mais ce mot est aussi associé à une prise de position politique.


Et vous ? 
Êtes-vous végéta*ien ?
N'hésitez pas à me faire part de votre expérience, des réactions de votre entourage, de votre vision des choses ~

Noisettes :

  1. A mon tour de te dire que je me reconnais aussi beaucoup dans ton autoportrait ;)

    RépondreSupprimer
  2. avec ou sans viande-poisson, tant que c'est gourmand, moi ça me va!!!! gros bisous ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne manquera pas de l'être !
      Quand on aime ce que l'on cuisine il y a toujours de la gourmandise.

      Supprimer
    2. Je partage ton avis Sotis

      Supprimer
  3. Je peux me passer de la viande..nous en mangeons très peu..Mon mari..pour raison de santé doit avoir de la viande dans son régime..mais souvent si je fais une belle salade..moi je mange que la salade..et Jacques se fait cuire un peu de viande..
    mais ..non..nous ne sommes pas végétariens.
    Comme toute chose dans la vie..je laisse le choix aux individus:)
    Certes..penser à manger de la "chair" ne m'emballe pas..mais je ne m'attarde pas à y penser..j'ai tellement d'autres choses pour m'inquiéter!:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant que nous vivons en phase avec notre corps et notre esprit c'est le principal.
      Pour la planète il est bon de réduire notre consommation, donc vous faites d'ores-et-déjà un geste :)

      Supprimer
  4. Je ne suis pas végétarienne, mais ça ne me dérange pas de passer une semaine sans un "vrai" morceau de viande. Je préfère de loin en manger peu mais de meilleure qualité, de production locale si possible (heureusement que que mes parents habitent à la campagne !). Après chacun fait bien comme il le souhaite ;) Moi je trouve ça très bien que tu te sois lancée, un grand bravo ! J'ai hâte de voir tes recettes ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Châtaigne <3
      Manger local est bien meilleur que les industries de supermarché, pour sûr.

      Supprimer
  5. Pr ma part, cela fait un petit moment que je suis votre blog , et oui j'ai bien remarqué qu'il y avait de moins en moins de carné. Bingo pr moi qui suis végé dps 10 ans voire plus, et vos recettes me plaisent etme donne plein d'idées. J'adore!!! Bravo pour ce blog et je lui souhaite une longue vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour cet adorable commentaire qui me booste :D

      Supprimer
  6. Végétarienne! Depuis un an et demie, et je ne regrette pas ce passage au sans viande. Par contre, ma réflexion se penche sur tous les produits animaux en général à présent, et j'essaye de faire attention aussi au lait, fromage et oeufs que j'utilise!
    J'ai changé d'avis du jour au lendemain. J'ai dit à mon chéri "j'arrête la viande, trop c'est trop", pour ne plus jamais y revenir! J'avais vu trop de choses, je pensais trop aux abattoirs, à tout ces gens qui n'ont pas à manger parce que ça va au bétail, à toute cette pollution. Trop.
    Et depuis, sans protéines animales, je suis vivante, heureuse et en pleine forme!
    Cette décision est très importante, je pense que comme tu as lentement glissé vers ce mode de consommation tu verras moins le changement choc comme j'ai pu le vivre.
    Ca a été surtout difficile au début à faire accepter autours de moi, mais maintenant, c'est une donnée fixe, plus personne ne s'en préoccupe : c'est comme ça!
    Félicitations et bienvenue dans le club des sans viande modérés (quoi y'a des extrémistes chez les végé? NOOOOooon du tout haha!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont souvent les images des industries animalières qui nous décident à passer végétariens !
      Bravo à toi aussi :)
      Les produits animaux suscitent aussi ma méfiance et intérêt à présent, je réduis.
      L'entourage (surtout familial) est l'étape la plus difficile je trouve...

      Supprimer
  7. Merci pour cet article nourri à la fois de ton cheminement et d'informations nutritionnelles. Je me retrouve assez dans ce parcours, notamment dans le fait d'aimer les animaux depuis toujours, les aimer et les aider quand cela se présente (souvent, en fait !), du dégoût de voir dans son assiette quelque chose qui ressemble à un animal.
    J'ai depuis vraiment très longtemps arrêté de manger du lapin (c'était vraiment pas possible, trop affectif) et des bébés animaux, et je n'ai jamais pu entrer dans une boucherie, non pas pour la vue (encore que celle-ci me révulse), mais davantage pour l'odeur. Puis j'ai consommer du bœuf uniquement haché (sans doute pour moins voir), et ai arrêté. J'ai gardé le poulet jusqu'à il y a quelques mois et cessé aussi. Je pense depuis longtemps à devenir végétarienne, je n'en suis pas très loin (enfin, pour moi), car je consomme encore du poisson et des crustacés environ 1 fois par mois. Le reste du temps, je cherche les protéines ailleurs.
    Je pense que le cheminement est long, car si je ne mange plus du tout de viande et que celle-ci ne me manque vraiment pas, je cherche parfois des plats mijotés à faire et ce n'est pas si évident (je n'aime vraiment pas le seitan).
    N'achetant aucun produit manufacturé depuis presque toujours, je me nourris en fait essentiellement de légumes et de quelques rares légumineuses. N'aimant pas le lait, j'utilise quelques produits laitiers pour la cuisine uniquement.
    Je pense qu'effectivement une telle démarche s'accompagne inévitablement d'un plus grand respect de la nature, encore que je crois l'avoir toujours eu. J'ai besoin de la nature pour être bien, comme des animaux qui m'entourent.
    Il y a dans le végétarisme quelque chose cependant qui m'ennuie un peu, j'ai l'impression, à la lecture de divers articles, que ne pas l'être est honteux, inconvenant. Et cela s'exprime avec encore plus de virulence pour les végétaliens. (pour la petite histoire, j'ai posté il y a quelques mois une recette de gâteau sur un site végétarien et me suis fait "matraquer" de toutes parts parce qu'il y avaient des œufs et du lait...et pourtant ce site n'est pas vegan)
    Je pense qu'il faut laisser à chacun faire son chemin, que l'éducation pourra permettre la prise de conscience et qu'il restera des carnivores. Mais on constate qu'en milieu urbain le végétarisme gagne des adeptes, que les animaux ont perdu leur statut d'objet (pas tous, c'est vrai), le changement s'opère.
    (désolée, j'ai été très longue)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ne t'inquiète pas, j'adore la lecture, c'est enrichissant.
      Il est vrai que nous avons un parcours similaire ! Les animaux méritent autant de respect et d'affection que tout être vivant !

      Concernant les végétariens et vegan, je disais que certains forment un cercle, mais il n'y a pas qu'eux puisque les omnivores le sont aussi envers les végétariens. Deux esprits forts se rencontrent inévitablement... Alors quand on est entre deux c'est tellement difficile et dur !

      Supprimer
  8. Coucou, j'ai suivi le même processus que toi : un blog de cuisine où je préparais des recettes de viandes et maintenant je n'en mange plus depuis plus de 2 ans. Par contre je ne suis pas à proprement parlé une végétarienne car je consomme encore parfois, de temps en temps du poisson. C'est avec la prise de conscience des sentiments qu'éprouvent les animaux que je me suis arrêtée d'en manger. Ils ont peur, ils souffrent, ils sont torturés et mal nourris avec de mauvais produits et c'est nous qui leur faisons subir tout cela et c'est atroce. Si je veux que le monde change je dois moi changer... c'est ce que je pense. Si tout le monde agit ainsi le monde peut évoluer pour aller mieux. Tout l'agro-alimentaire veut que nous consommions et nous ment sur toute la ligne : le bifidus contient des bactéries qu'on donne aux porcs pour qu'ils soient bien gros... Le lait décalcifie les os... etc. Les recherches, la vérité ne sont pas dites et on nous empoisonne gentiment. Monsanto avec ses recherches génétiques aberrantes d'introduire des gênes hors espèce introduit des allergies, notamment avec le blé, et derrière il vend des produits... sans gluten... : toute la chaine est maitrisée. On est désinformé, on est manipulé et je crois qu'il faut écouter son cœur pour comprendre comment il faut faire, il faut écouter le dedans de nous même. Non ce n'est pas normal que les poussins soient entassés par milliers dans un même sac, non ce n'est pas normal qu'une truie soit écrasée sous des cerceaux de fer, au dessus d'une fosse pleine de déjections toute sa vie sans pouvoir bouger, non ce n'est pas normal d'émasculer à vif les porcs ou de leur casser les dents, non ce n'est pas normal ces vaches qui ne voient jamais le jour et à qui on arrache leurs veaux et qu'elles appelles durant des jours et des nuits. Non ce monde est fou et je te comprends tellement, tellement bien. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu pointes bien quelques gros problème de l'industrie, l'industrie à massacre d'animaux, dont nous subissons les effets.
      Tant de cruauté, je ne comprends pas comment on peut fermer les yeux là-dessus. Si les yeux sont ouverts c'est le déni qui prend le dessus...
      Merci beaucoup pour ton commentaire !

      Supprimer
  9. Très bel article RoseNoisettes, et les commentaires le sont également. Pour ma part, après avoir été omnivore depuis toujours, je suis en passe de devenir flexitarienne : un peu de viande ou de poisson de temps en temps, histoire de garder un lien avec le reste de la société et de satisfaire mes hommes qui ne sont pas végé, eux ! Mais ceux qui suivent mon blog auront remarqué l'évolution dans mes recettes. Je pense d'ailleurs qu'un blog culinaire fait forcément évoluer son auteur, dans une direction ou une autre. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci <3
      Hélas, on fait souvent des choix par rapport aux autres. Si cela ne nous nuit pas tout se passe bien, mais dans mon cas j'avais une bataille intérieure.
      Le blog nous reflète, nos humeurs, nos changements...etc. Tu as tout à fait raison ~

      Supprimer
  10. Un très bel article et l'écureuil sur la photo est trop chou <3
    Moi je ne suis pas végétarienne, mais je réduis de plus en plus ma consommation de viande, notamment en raison des impacts de l'élevage sur l'écologie... mais c'est pas facile avec mon homme...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas ?
      Les écureuils des parcs londoniens sont si craquants !

      Le premier pas est de réduire sa consommation et d'avoir conscience de l'impact de l'élevage sur la planète, ce que tu fais est déjà génial :)

      Supprimer
  11. Quel bel article !!!!!
    J'ai adoré lire ton histoire !
    Moi j'essaie de le devenir, c'est un long travail mais je suis fière des efforts que je fais petit à petit
    Patience et longueur de temps comme on le dit ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ~
      Chaque effort et changement est une réussite, un palier que nous passons.
      Tu vas y arriver, j'en suis certaines ;)

      Supprimer
  12. Bravo pour cet article courageux. Je ne pense pas pouvoir me passer de viande sur la durée. En revanche, j'en consomme plus qu'une fois par semaine en moyenne et de qualité. C'est culturel chez moi. En cuisinant plus souvent les légumes, les céréales et légumineux, je me suis rendue compte que la viande n'est pas indispensable. Bien au contraire, les effets sur la santé sont spectaculaires surtout la qualité de la peau. Il y a pas mal d'avantages à diminuer la viande. En revanche, certains animaux ne passent plus à la casserole comme les lapins, les poulets de batterie et surtout le cheval.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La viande et le poisson influent tant sur notre santé intérieure (organes) qu'extérieurs (peau, cheveux) !
      Même si tu ne peux t'en passer réduire est un premier très bon pas !

      Supprimer
  13. Je me suis toujours demandée si les végétariens portaient des chaussures en cuir, car finalement c'est la même question même si l'on ingère rien dans ce cas, on utilise les animaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En théorie non.
      Cependant je garde mes articles en cuir que j'avais acheté avant, par respect. Ce n'est pas parce qu'on change de mode de vie qu'il faut tout jeter, tout gaspiller. Je suis très attentive aux déchets, recyclage et achats.
      A l'avenir je n'achèterai pas de cuir ni produits animaliers.

      Supprimer
  14. C'est un bel article, qui fait écho à mes questionnements et à l'évolution de mon mode de vie récemment. C'est ce côté "se sentir bien" qui ressort chez moi quand je mange végétarien. Non pas au sens régime effectivement, mais dans le plaisir de cuisiner de nouvelles choses (les dhal de lentilles, les galettes de millet, et j'en passe, tout cela est tellement plaisant!). Pas de risque de ne pas s'endormir car le plat du soir était trop lourd^^ Alors si manger végétarien apporte un véritable bien-être, autant éviter la viande pour toutes ces raisons révoltantes que sont en premier lieu l'abattage de millions de bêtes qui n'ont rien demandé. Pour s'en passer complètement, la conviction n'est pas encore là mais disons que je m'écoute et nous verrons... A bientôt pour de nouvelles recettes végé =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement ! Diminuer, puis arrêter la viande nous fait un bien fou ! Et ce mentalement, intérieurement et extérieurement.
      On respire, on se sent plus léger (aussi bien dans notre estomac que notre conscience), si tu savais comme j'aimerais que l'entourage comprenne cela.
      Si tu ressens ce bien-être n'hésite pas à sauter le pas car, pour être bien, vivre bien, se sentir bien, il faut écouter son corps et son esprit :)

      A très bientôt ~

      Supprimer
  15. Joli article, merci de t'être livrée :) Je suis végétarienne depuis un peu moins de 6 mois, c'est tout récent mais la viande ne me manque pas, au contraire. Comme toi je trouve la cuisine vegan très inspirante, et je découvre beaucoup de chose :)

    Belle soirée,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Félicitations à toi aussi :)
      Le début est sûrement le plus difficile, le premier cap passé ça devrait le faire.
      La cuisine végétarienne est une source de couleurs et d'idées, c'est fou ! Surtout que les préjugés disent l'inverse.

      Supprimer
  16. J'admire ton courage ... tu as du ressentir que je prends également de plus en plus ce chemin. Malheureusement, ma famille n'est certainement pas prête à entendre cela (d'autant plus que je suis en sous poids et qu'ils ne se focaliseraient que sur ça si je leur annoncais ce changement). Et puis mon copain aime la viande. Il n'en mange pas tous les jours et apprécie énormément les repas végé que je lui propose de temps en temps, mais il a envie de viande alors je lui en fait de temps en temps.
    C'est un changement pas facile mais on verra si j'y viens vraiment un jour. En attendant, je suis ton blog avec toujours autant de gourmandise dans les yeux tous les jours et je t'en remercie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Mais hélas je ne dirais pas qu'il s'agisse de courage car il s'avère que je génère donc des conflits au sein de ma famille. Car oui, même si ma décision est ici clairement exposée et semble déterminée, ferme et juste, ce n'est pourtant pas perçu ainsi au sein de ma famille.
      Tout comme toi je suis mince et le végétarisme passe donc encore moins, comme je l'écrivais dans l'article la famille le voit comme "régime" type amincissant, et non régime alimentaire... Mais je persévère car j'ai tant de raisons pour arrêter les produits animaliers.
      Surtout, Marine, ne te décourage pas ! En se forçant à manger quelque chose qui nous dégoûte nous ne risquons pas de prendre du poids et de revenir à un poids normal, tandis qu'en s'éclatant à cuisiner et manger végé on retrouvera un poids de forme sans remords, avec un plaisir constant.

      Merci <3
      Continues aussi à me régaler :)

      Supprimer
  17. Je me demandais justement si tu étais flexitarienne ou végétarienne. Je suis heureuse de voir qu'une excellente cuisinière comme toi a passé le pas.
    Merci pour cet article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai très longtemps été fléxitarienne, mais j'en avais vraiment assez de me forcer, et cette grande prise de conscience sur cette industrie animalière contre les animaux, la santé et l'écologie m'a réellement décidé :)
      Merci <3

      Supprimer